vendredi 25 mars 2011

Le Royaume du Nord

Bernard Clavel, né le 29 mai 1923 à Lons-le-Saunier et mort le 5 octobre 2010 à La Motte-Servolex est un écrivain français principalement connu pour ses romans mais qui s'est aussi adonné à l'écriture d'essais, de poèmes et de nombreux contes pour la jeunesse.
Son premier roman L'Ouvrier de la nuit, publié en 1956, marque le début d'une production importante de près d'une centaine de titres avec des œuvres pour la jeunesse et de très nombreux romans, parfois constitués en sagas qui ont rencontré un vaste public comme La Grande Patience (4 volumes – 1962/1968), Les Colonnes du ciel (5 volumes - 1976/1981) et Le Royaume du Nord (6 volumes 1983/1989)
Bernard Clavel montre une constante attention aux humbles et défend des valeurs humanistes en contant des destins individuels et collectifs, souvent confrontés au malheur. Son sens de la nature et de l'humain, sa mise en question de la violence et de la guerre et son souci de réalisme ont fait de lui un écrivain récompensé par de nombreux prix dont le prix Goncourt pour Les Fruits de l'hiver en 1968.
(Source : http://fr.wikipedia.org)

Le Royaume du Nord : saga en six volumes écrites entre 1983 et 1989 se passant au Canada, dans la province du Québec en Abitibi.
Cette épopée comprend les ouvrages suivants :
  • Volume I : Harricana
  • Volume II : L'or de la terre
  • Volume III : Miserere
  • Volume IV : Amarok
  • Volume V : L'angélus du soir
  • Volume VI : Maudits sauvages
Les éditions Omnibus ont réuni en un seul volume l'ensemble de cette saga.

Tome 1 : Harricana


Au début du XXème siècle, l'Abitibi est une région encore vierge, avec de longues étendues sauvages de forets où seuls quelques trappeurs et Indiens osent s'aventurer. Mais avec l'avènement du chemin de fer, cette région sort de son isolement et ce sont des pionniers par centaines qui partent à l'assaut de ces terres chargées de convoitise et de richesses naturelles.

Avec la série du Royaume du Nord, Bernard Clavel part donc sur la trace de ces hommes et ces femmes qui sont partis d'eux-mêmes coloniser cette immense région sauvage mais aussi terriblement hostile. Dans Harricana, premier tome du Royaume du Nord, nous sommes en 1910 et nous suivons les Robillard, partis avec femme et enfants en pirogue, pour s'installer près de la rivière Harricana. Le voyage est périlleux et c'est en suivant Raoul, le beau-frère de Catherine, que tous arrivent sains et saufs à l'endroit où le chemin de fer avance inexorablement dans la forêt et où une future ville est prévue. Pour les Robillard, il s'agit d'être dans les premiers à être sur place afin de pouvoir réaliser leur rêve : sortir de la misère en ouvrant le premier magasin général de la future bourgade.

Harricana est un très beau récit où Clavel se fait le chantre de la nature et des éléments qui la compose. A travers ces lignes, au moyen de phrases et de mots tous plus beaux et empreints d'humanité, l'auteur nous décrit une nature belle mais aussi sauvage, qui ne pardonne pas aux innocents ou à ceux venus s'aventurer ici par hasard. Car la nature ici est dure, terrible même dans son immensité et sa fureur à l'instar des hivers d'une froideur et d'une rage inouïe. Mais la nature sait aussi donner du fait de ses richesses innombrables aussi bien apparentes que cachées dans son sol. Et nombreux sont les hommes attirés par ces trésors et le cœur plein de convoitise.

Dans Harricana nous suivons donc l'installation des Robillard dans leur nouvelle vie mais surtout, c'est l'avènement d'une cité que nous voyons. Si le point central est la gare avec les premiers trains qui s'y arrêtent enfin, le reste de la ville se construit aussi peu à peu avec l'église, l'école, le magasin général des Robillard mais aussi le cimetière... Car la nouvelle existence des Robillard est faite de joie mais aussi de pleurs avec cependant, toujours l'espoir tenace d'une vie meilleure.

Un premier tome passionnant; Bernard Clavel sait trouver les mots justes pour faire revivre le quotidien d'une petite bourgade du début du XXème siècle en plein essor. Un récit magnifique qui laisse augurer une série prometteuse.

Ma note : 4,75/5
(lu en janvier 2011)

Tome 2 : L'or de la Terre

Partis conquérir les vastes étendues sauvages de l'Abitibi, les premiers colons sont rejoints peu après la première guerre mondiale par d'autres hommes et femmes attirés par les richesses inviolées de ce territoire plein de promesses. Le chemin de fer a mis à portée de main les forets, lacs et terrains de ce territoire immense où seuls les Indiens et les bêtes de la forêt osaient s'aventurer il y a encore peu. Mais plus encore, ce sont les trésors enfouis dans son sous sol qui attirent les hommes qui, tels des termites, creusent partout afin de mettre la main sur l'or de la terre...

Une merveille. Voici le premier mot qui me vient à l'esprit en parlant du deuxième tome du Royaume du Nord. Bernard Clavel n'a pas son pareil pour décrire les tourments de ces hommes et femmes qui quittent tout afin de faire fortune dans un territoire inhospitalier et encore sauvage. Rarement un écrivain n'avait su trouver les mots aussi forts pour décrire la peur, la détresse, la rage et la haine que peuvent s'inspirer les êtres humains entre eux. Prêts à tout pour acquérir la moindre pépite d'or.

Jordan est de ceux qui vont s'aventurer en Abitibi à la recherche de ces trésors. Et lorsqu'il met la main sur un gisement improbable d'or sur une île, la fièvre s'empare de la région. La mine attire des hommes de tout horizon, mais aussi des financiers en provenance des États-Unis, des femmes de petite vertu, des voleurs... A la force de ses bras, la sueur de son front, de par sa seule volonté et son courage, Jordan va créer un empire, son empire qui repose entièrement sur la soif de l'or, de toujours plus d'or. Et tandis qu'une ville se crée et s'organise à proximité de la mine, que celle-ci s'agrandit toujours plus, Jordan, lui, creuse encore et toujours plus dans sa mine. Sans fin...

Un récit bouleversant car terriblement vrai. On ressent une véritable émotion en lisant ce récit où on se prend d'empathie pour Jordan et tous ceux qui l'entourent. Des personnages secondaires magnifiques se détachent (Bastringue, Landry, Justine, les prostituées du bordel, le curé...) tandis que d'autres du premier volume du Royaume du Nord refont apparition (les Robillard notamment). On tremble, on frémit, bref, on vit à travers les lignes tracées avec émotion par Bernard Clavel. Un formidable hommage à tous ces hommes et ces femmes qui ont tout risqué, parfois en vain. Un immense coup de cœur!

Ma note : 5/5
(Lu en mars 2011)


Nota: Cet article sera mis à jour au fur et à mesure de ma lecture des différents tomes de la série.


4 commentaires:

  1. Une série tentante mais je ne suis pas sûre de vouloir me lancer dans une série en 6 volumes pour le moment...

    RépondreSupprimer
  2. Pas forcément tentée mais cela semble une lecture enthousiasmante puisque tu comptes lire les autres tomes.

    RépondreSupprimer
  3. J'avais lu "Harricana" pendant l'adolescence et j'en étais ressortie changée. Un livre assez fort et une très belle plume!

    RépondreSupprimer
  4. Tu es toujours aussi enthousiaste !! Belle découverte des autres tomes en prévision, donc.;o)

    RépondreSupprimer